Facebook Twitter

Appel aux forces créative... il ne faut plus avoir peur!

Appel aux Forces créatives!
 
Il ne faut plus avoir peur de la crise économique! oui, elle est là, mais en chinois, le mot "crise" s'écrit à l’aide de deux signes qui veulent dire "Défi" et "Opportunité"! Nous avons d’excellentes universités, une main-d’œuvre exemplaire, des centres de recherche de qualité mondiale, nous avons le meilleur terreau pour faire grandir nos projets. Réinvestissons le champ de l'initiative!
 
Il ne faut plus avoir peur de la crise institutionnelle! oui, il faut un accord. Il prendra forcément la forme d'un renforcement des pouvoirs des TROIS régions et d'un renforcement des droits francophones et d'une réponse aux aspirations néerlandophones. On a trop besoin les uns des autres. Et Bruxelles est un trésor qui ne demande qu'à être développé! 
 
Il ne faut plus avoir peur de la crise climatique! non, les ours blancs ne vont pas disparaître, oui l'occasion est formidable d'investir dans des alternatives durables tout en sauvegardant la croissance. Ceux qui prétendent le contraire se trompent lourdement.
 
Il ne faut plus avoir peur de la crise de génération! c'est vrai, les pensions sont un défi, mais il y a tellement d'opportunité du côté du travail! Sait-on que le taux de chômage chez les bilingues français-néerlandais à Bruxelles est de zéro pourcents? Sait-on que 50,000 offres d'emplois demeurent insatisfaites à l'heure actuelle, car il y a pénurie de toute une série de métiers? La formation est un défi qui doit répondre à ces demandes! C'est en relançant le travail que le défi des pensions et de notre sécurité sociale peut être résolu!
 
Il ne faut plus avoir peur de la crise de l'intégration! c'est vrai, notre politique d'accueil doit être revue. Mais l'on sait parfaitement que les gens qui viennent s'installer chez nous le font car ils veulent grandir, ils veulent s'épanouir. Il nous revient à nous de les aider à grandir, de les aider à s'épanouir. En apprenant nos langues, en apprenant nos valeurs. Notre pays est un paradis, si chacun y met du sien!
 
Il ne faut plus avoir peur de la crise de la dette! il faut la gérer. Elle fait 100% du PIB? La belle affaire! notre dette est détenue par les belges, pas par les banques internationales. Par contre, on le sait, il faut gérer nos dépenses avec intelligence. Et l'on sait que d'énormes poches de productivité demeurent possible dans la fonction publique. Faire mieux, avec moins.
 
Nous n'avons plus peur, car nous avons tous et toutes les cartes en main!

Devant ce constat, nous sommes convaincus que le MR propose les bonnes réponses.  En revenant à l’essence du mouvement réformateur: un mouvement qui n’a pas peur de la réforme, au contraire ! Un mouvement dont chacune des composantes constitue et propose des leviers forts : une saine gestion, un esprit d’entreprise, une place prépondérante à la créativité et au travail, une conscience de l’importance de la sécurité sociale, le souci de voir l'éthique et l'humain au centre du débat, une volonté de voir s’épanouir chacune de nos cultures, un mouvement qui rappelle les fondamentaux économiques et culturels de Bruxelles et de sa large Périphérie : si le Brabant wallon est la province la plus prospère de Wallonie, c’est grâce à Bruxelles. Si le Brabant flamand est la province la plus prospère de Flandre, c’est grâce à Bruxelles. Un mouvement qui insiste pour que les francophones et les néerlandophones aient toute leur place dans et autour de Bruxelles. Un mouvement qui n’oubliera jamais que Bruxelles est la capitale d’un-demi milliards d’européens et que chaque européen doit être le bienvenu dans sa Capitale !

 

Bien sûr, il est des leçons à tirer de la façon dont le MR s’est comporté au long de la campagne électorale. Et elles seront tirées. Mais devant les défis qui nous attendent, nous souhaitons rappeler combien notre mouvement est constructif, combien les pistes réalistes qu’il suggère sont celles qui assureront l’équilibre et la pérennité de nos régions, et que le changement est une chance.

 

Nous en appelons dès lors aux forces de notre mouvement! aux jeunes, à nos élus, à nos mandataires, à nos militants qu’ils soient FDF (les fédéralistes francophones),  PRL (les libéraux francophones), MCC (les citoyens pour le changements), PFF (les libéraux germanophones). Nous en appelons à notre parti! Ne perdons pas notre temps en querelles intestines. L’heure est au travail. L’heure est à la créativité.  L’heure est à la construction d’un nouveau contrat entre les citoyens de notre pays.

 

Nous sommes convaincus que sur base d’une vision volontaire le meilleur est à venir. Une vision qui garantisse le respect de chacun d’entre nous!


© 2018 - Yvan de Beauffort