Facebook Twitter

Les négociations gouvernementales: quelques inquiétudes....

1) D'une part, le Formateur a signalé que les efforts étaient bien répartis entre les dépenses et les recettes puisque un tiers des moyens dégagés proviennent de la réduction des dépenses, un second tiers de l'augmentation des recettes... et un troisième tiers de l'augmentation des autres recettes... J'appelle cela un équilibre peu équilibré.

2) Le flou artistique sur la politique énergétique est considérable. Ce qu'on sait de manière certaine, c'est qu'abandonner le nucléaire dès 2015 aura pour conséquence que la Belgique devra alors brûler plus de gaz pour produire son électricité (sûrement plus écologique...) ou qu'elle devra l'importer de la France, qui fonctionne à 80% sur base d'une production nucléaire (était-ce le but?).

3) Quand les socialistes minimisent les recommandations de l'Europe sur le fait que des mesures sérieuses sont à prendre rapidement, ils jouent avec le feu. Les exemples grecs et italiens devraient faire réfléchir. En outre, la crédibilité financière de la Belgique est mise en question. En effet, le spread (càd le coût de l'argent pour la Belgique par rapport aux émissions allemandes) fleurte avec les 2,7%, son plus haut niveau depuis l'introduction de l'Euro en 1999. Le taux d'émission des obligations belges à 10 ans est de 4,3%. Ce sont des eaux dangereuses.

Aujourd'hui, les bruits de couloir sur la date d'un gouvernement favorisent un gouvernement sous le sapin... Mais c'est encore très très loin...


© 2018 - Yvan de Beauffort