Facebook Twitter

Amnistie... une loi pour diviser.

... il s’agit de débattre sur une amnistie des collaborateurs de la seconde guerre mondiale.  La prise en compte du texte a été décidée par 30 voix contre 26. A l’exception de Groen, qui s’y est opposé avec les francophones, tous les partis flamands ont voté pour.

Le terme "amnistie" recherché sur Google évoque immédiatement le mots "oubli", c'est d'ailleurs là son origine grecque.

Le MR s'oppose à l'amnistie telle que proposée, pour les raisons suivantes:

Tout d'abord, on ne peut réécrire l’histoire . Les collaborateurs ont été jugés ; on ne peut rouvrir des procès plus de 50 ans plus tard.

Ensuite, l’argument des Flamands est la "démocratie parlementaire". Selon ces derniers, voter pour la prise en compte de cet texte, ne signifie pas le soutenir. Le parlement doit pouvoir en débattre au nom de la démocratie. Mais, l’examen de ces textes n’améliorera pas le bien être du citoyen. Comment considérer un texte de l’extrême droite qui vise à disculper et indemniser des collabos (adeptes du nazisme) ?

C'est vrai, dans d'autres pays (en France, essentiellement), des lois d'amnestie ont été votées. Elles se sont faites dans un large processus de réconciliation nationale. En Belgique, cette loi se fera dans un esprit de division (Francophone/Néerlandophone). Elle passera donc nécessairement à côté de son objectif.


© 2018 - Yvan de Beauffort