Facebook Twitter

Pour parler d'autre chose: mon copain Stijn Salens...

Une fois n'est pas coutûme, je profite de la petite audience de mon site pour vous faire part de mon désarroi sà propos de la disparition de mon copain Stijn Saelens. Stijn a disparu de son domicile de Wingene dans des conditions que tout indique dramatiques. Et les journaux ont décrit un personnage aux antipodes de celui que j'ai connu.

La Dernière Heure a bien voulu répercuter l'image que je garde de lui... je remercie le Journal de l'espace qu'il a consacré à mon envie de parler des très bons côtés de Stijn...voici le courrier que j'ai écrit à la DH:

"Mon copain Stijn,

Je redoute de devoir utiliser le passé quand on parle de lui… Stijn était mon voisin de chambre quand j’ai passé une année à Londres pour étudier les Sciences Politiques à la LSE (London School of Economics). J’ai le souvenir d’un bonhomme très sympathique, malin, amateur de fêtes comme on peut l’être à cet âge sans que cela ne soit exagéré, et débrouillard. On habitait avec deux autres compères une maison qu’il nous avait aidé à dégotter, dans le centre de Londres. Une chouette petite maison, sobre mais agréable et bien située (17, Greville Street, EC1). Cette maison a vite reçu le surnom de « maison des belges » car c’était un lieu de rendez-vous pour les jeunes expats belges. Souvent, on y refaisait le monde et la Belgique avec Stijn et nos deux autres colocataires belges. Nous étions deux néerlandophones et deux francophones, et nos discussions pouvaient être épiques. Stijn et mes amis m’appelaient « Le Ministre », car je plaçais souvent la politique au centre de nos conversations. On s’est recroisé de loin en loin et j’ai rencontré son épouse Elisabeth. Une jolie jeune dame très sympathique elle aussi. Nous étions tous très admiratifs du fait que Stijn et Elisabeth avaient par la suite rapidement fondé un foyer heureux et nombreux (4 enfants). Si je le vois bien s’enthousiasmer pour un projet d’entrepreneur, car il a cela dans les gênes, Stijn était conscient du rôle positif que chacun est amené à jouer sur la terre. Je ne comprends pas ni le portrait qu’on en fait dans la presse, ni la situation. Stijn est pour moi un chic type."

Stijn Saelens
Stijn Saelens

 


© 2018 - Yvan de Beauffort