Facebook Twitter

Asile et migration : Tout droit s’accompagne d’obligations.

  1. Un seul ministre : La politique en matière d’accueil et d’immigration sera mieux intégrée puisqu’un seul ministre (au lieu de deux actuellement : un pour l’immigration un pour l’accueil des demandeurs d’asile) se chargera à l’avenir de l’accueil, de l’asile, du séjour et de la politique de retour des demandeurs d’asile déboutés et des étrangers en situation en illégale
  2. Croisement des informations. Cette politique plus cohérente passera par un échange accru d’informations entre les autorités chargées du séjour et de celles en charge de l’accueil : ceci permettra de suivre plus efficacement les demandeurs d’asile, de les localiser (dès lors qu’ils quitteront les centres d’accueil de Fedasil pour dépendre d’un CPAS, on saura plus facilement où ils se trouvent). Ceci permettra l’organisation plus efficace de leur retour sur base volontaire ou forcée le cas échéant.
  3. Répartition de l’accueil. Pour lutter plus efficacement contre la saturation du réseau d’accueil, le gouvernement encouragera les communes (en dehors des grandes villes) à prendre en charge l’accueil des demandeurs d’asile ce, sur une base volontaire. A défaut de coopération des communes, le gouvernement pourra adopter un plan de répartition contraignant des demandeurs d’asile, plan qui optera pour l’octroi de l’aide matérielle uniquement. Donc, il n’est pas question de revenir à l’aide financière qui avait été à l’époque une source d’attrait de notre pays pour les demandeurs d’asile
  4. Une liste de pays d’origine sûre sera rapidement adoptée pour permettre l’exécution de la loi adoptée la semaine dernière à la Chambre. Les ressortissants de ces pays sûrs ne recevront pas facilement des papiers pour rester en Belgique.
  5. Le retour volontaire des demandeurs d’asile sera encouragé et, à défaut de coopération de leur part, le retour forcé sera mieux organisé en utilisant au maximum les places en centre fermé.
  6. Expulsion prioritaire des illégaux délinquants : Une attention particulière sera réservée aux délinquants en situation illégale en permettant leur placement en centre fermé pour un renvoi rapide dans leur pays
  7. La lutte contre la traite des êtres humains sera renforcée.
  8. La nouvelle loi sur le regroupement familial sera appliquée sans réserve. Cette loi, à l’initiative du MR, vise à s’assurer que le demandeur du regroupement puisse accueillir les candidats en Belgique dans un logement décent, qu’il dispose de revenus réguliers et en suffisance pour subvenir aux besoins des nouveaux arrivants.
  9. La lutte contre les mariages ou cohabitations légales de complaisance sera renforcée notamment à l’aide d’une banque de données qui centralisera toutes les informations pertinentes dans le pays. Ainsi les communes seront mieux à mêmes de détecter les tentatives de fraude.
  10. La régularisation du séjour pour raison médicale sera mieux contrôlée pour éviter les abus.

 

  1. Renforcement des conditions pour devenir Belge : les conditions d’acquisition de la nationalité seront revues afin de récompenser celui qui pourra démontrer son intégration à l’issue d’un séjour légal ininterrompu dans notre pays et sa connaissance d’une des trois langues nationales. La participation active à l’économie de notre pays pourra être prise en compte comme facteur d’intégration

© 2018 - Yvan de Beauffort