Facebook Twitter

Bravo, Monsieur Van Rompuy.

Votre discours de politique générale à la Chambre, lors de la constitution de votre gouvernement en janvier 2009, m'avait déjà impressionné, tout comme il avait impressionné les parlementaires qui ne s'étaient pas trompés en vous réservant une longue standing ovation. Vous aviez eu le mérite de parler franc, de parler clair, de rassurer et de rassembler.

Et vous avez donné une suite concrète à vos paroles.

Vous êtes parvenus à boucler des budgets difficiles, même s'il ne faut pas cacher aux belges que c'est en hypothéquant une partie de la croissance future. Vous êtes parvenus à ramener le calme communautaire en glissant BHV au frigo (frigo dont ce dossier, selon vous sans doute, ferait mieux de ne jamais sortir ou d'en ressortir sous une forme plus consensuelle). Vous êtes parvenus à redynamiser les consciences, à conduire la reconstruction, à privilégier des dossiers plus fondamentaux en ces temps de crise économique.

Fort de ces succès, vous avez habilement lobbyé en faveur de votre candidature - selon vous non désirée, mais c'est une chanson que vous nous avez déjà chantée - et ce lobbying a porté ses fruits.

Je ne doute pas que la critique doucement dénigrante faite à votre candidature par la presse internationale vous permettra de surprendre. 

D'ailleurs, je dois vous faire part de la solidarité de vos concitoyens dans l'amertume que laissent ces critiques. En vous dénigrant, c'est nous qu'ils dénigrent. Sans doute mérite-t-on quelques remontrances car notre petit pays a souvent montré sa petitesse au cours de ces derniers mois. Mais, ailleurs, est-ce tellement mieux?

Enfin, comme tous, je suis inquiet de votre succession. Non, la candidature de Monsieur Leterme ne rassure pas. Oh, je suis persuadé que Monsieur Leterme a changé, qu'il est devenu moins cassant, moins susceptible, plus ouvert. Mais est-il devenu plus créatif? Car il en faut, de la créativité, pour sortir des lapins du chapeau ou des chapeaux du lapin, dans le complexe "belge"-système. Et la créativité, je crains que ce ne soit pas à l'âge de Monsieur Leterme qu'on l'acquiert.

Si seulement la douce euphorie de cette fin d'année permettait aux partis de profiter du momentum pour apporter une solution aux épineux dossiers avant votre départ pour les étoiles européennes.

Et si votre parti pouvait avoir l'honneur d'apprécier le verdict des urnes de 2007, toujours valable aujourd'hui: le premier moteur du gouvernement fédéral est le poids des parlementaires libéraux, compte tenu du désengagement de la NVA de son soutien au CD&V. Il faut être conséquent et admettre qu'un renforcement du poids des libéraux au gouvernement participera au renforcement de la démocratie, puisqu'il s'agit d'un simple calcul arithmétique, mais d'un calcul arithmétique fondamentalement démocratique: celui du décompte des voix.

Bien à vous et good luck! 


© 2018 - Yvan de Beauffort