Facebook Twitter

Charles Michel for president... pour rassembler

Réseau qui l'a conduit, rapidement, à prendre contact avec Bart De Wever dans les conditions que l'on sait. C'est pour ma part le signe que Didier Reynders est un excellent président et un fin négociateur.. Mais la question se pose: si Didier Reynders n'était pas candidat, quel serait mon choix... Entre une mouvance libérale-sociale et une mouvance sociale-libérale... je ne veux pas faire de choix. Ce que j'apprécierais par contre dans un candidat potentiel, ce serait, sans ordre de priorité:

- une capacité à rassembler

- une capacité d'écoute et une conscience bruxelloise affirmée

- une intelligence politique et intellectuelle

- un programme libéral clair

- une efficacité démontrée

Ces cinq qualités, je les retrouve chez mon corréligionnaire Charles Michel, qui n'est pas son père, qui rassemble manifestement de nombreux soutiens, que j'ai déjà eu l'occasion de rencontrer souvent et qui écoute, qui a clairement une acuité intellectuelle et politique, qui a écrit son programme il y a cinq ans dans un livre, et qui a démontré une réèlle efficacité dans son ministère à la coopération au développement.

En outre, lors de mes rencontres avec lui, il m'a rassuré: tout en ajoutant la nécessaire dose sociale de tout libéral à son programme, il écoute la droite de son parti et il est conscient des enjeux Bruxellois.

Si Didier Reynders devait laisser de côté la présidence du MR (un temps?), Charles Michel est mon candidat. Relisez d'ailleurs ma tribune du 17 mai 2009, pour plus d'informations sur le personnage...

Yvan


© 2018 - Yvan de Beauffort