Facebook Twitter

Des élections? Oui, cela changerait beaucoup de choses...

Et pourtant...

Pourtant, la question démocratique a fondamentalement changé. Le 13 juin dernier, quand il fut demandé à l'électeur de donner son avis, la question était de savoir dans quelle mesure l'électeur voulait etre représenté par un parti de gauche, centre-gauche, centre-droite ou droite? Dans quelle mesure fallait-il défendre les droits des minorités francophones? Dans quelle mesure fallait-il imposer le statut de Bruxelles?

Aujourd'hui, les choses ont vraiment changé. La question est vraiment différente. Beaucoup plus tranchée: Souhaite-t-on partir de ce qui existe (le texte de Bart De Wever, qui est ce qui subsiste de 4 mois de négociations avec les "7 partis")? ou bien est-on devenu conscient de la volonté flamande de forte émancipation, auquel cas la question est: que veut-on encore faire ensemble? Quel avenir pour la Belgique?

Cette question est tellement différente de celle du 13 juin et tellement fondamentale quant à l'avenir du pays qu'il est parfaitement légitime de la poser à l'électeur. Il est parfaitement malsain de la laisser traiter par des négociateurs qui n'ont tout simplement plus la légitimité pour la traiter. Les négociations vont si loin dans la redéfinition du Pays, que chacun est en droit d'exprimer son opinion.

Bien sur, il convient de terminer la présidence belge de l'Europe (jusqu'au 31 décembre) dans le calme et la diplomatie les plus absolus. Bien sur, il faut que les marchés financiers obtiennent les gages nécessaires à un traitement raisonné de notre dette. Et ce sera le cas: notre pays, nos régions débordent d'atouts. Mais d'ici janvier ou février, il faut que la question de fond, celle de l'avenir de notre pays, soit posée à l'électeur.

Des élections ne doivent pas effrayer: elles seraient au contraire très très saines.

Le reste, et je parle en mon nom propre (comme d'habitude), c'est secondaire. Entre autres: quel sera le premier parti à formellement demander des élections. Qui sera le premier coupable. Dans un souci de transparence et de démocratie, je vous le dis: il nous faut des élections. Un vrai débat. Ouvert. Transparent. Adulte.

Vos réactions m'intéressent vivement sur yvandebeauffort@hotmail.com


© 2018 - Yvan de Beauffort