Facebook Twitter

Efficace, équilibrée, élégante. Une belle solution.

La solution proposée répond à ces trois impératifs...

1)   Etre libéral, être réformateur aujourd’hui, cela n’est pas une mince affaire. Dans un monde en proie à de multiples chocs (les Econochocs dirait Geert Noels), il nous faut des personnalités capables d’allier théorie et pragmatisme. D’insuffler un nouvel esprit à notre Mouvement qui défend et promeut le progrès par l’addition des forces, pas un progrès dirigé par le contrôle « des masses ». Un progrès qui fait confiance en l’Homme. Les Michel, Deprez… ont souvent démontré qu’ils pouvaient être ces personnalités, ces penseurs, par les nombreux ouvrages et discours qui ont toujours su anticiper.

2)   La volatilité boursière précède toujours de 6 à 12 mois l’évolution économique. C’est donc à présent que nos économies vont être durement touchées. Il nous faut donc des personnalités capables de relancer aujourd’hui notre économie sans hypothéquer celle de demain. Des hommes d’Etat capables aussi, via le vice-ministère des réformes institutionnelles, de contrer certaines velléités nationalistes et destructrices du Nord du pays. L’avenir de BHV, jusqu’à présent plutôt Monstre du Loch Ness, est un sujet très important pour tous. En ce compris en Wallonie-Bruxelles. Il nous font donc des hommes capables de proposer des messages constructifs, comme par exemple la « Business Road 2018 for a metropolitan Brussels ». (Initiative incroyable et concrète - je vous encourage à en lire plus à ce sujet sur le site de la Fédération des Entreprises de Belgique, sur celui de l’Union Wallone des Entreprises, sur celui de la Chambre de Commerce Bruxelloise ou sur celui du Vlaams Ekonomisch Verbond !)

3)   Enfin, il faut remotiver nos militants, revitaliser nos sections locales, tisser des liens avec les associations, avec les comités de quartier, avec les citoyens. En désignant un vice-président du MR incarnant cette nécessité, Willy Borsus, le Mouvement se donne les moyens de sa reconstruction. Une reconstruction qui passe par l’exigence d’être meilleur au niveau local, d’attendre plus et mieux de nos élus parlementaires, régionaux et communaux. Je prône d’ailleurs l’instauration de tableaux de bord suivant le travail de chacun, de chaque section locale.

De beaux défis en perspective, comme dirait l’autre. Et l’autre a aussi dit que « crise », en chinois, s’écrit avec deux caractères. L’un signifiant « danger ». L’autre « opportunité ». Pas facile, mais personne n’a jamais dit que la politique, « ce qui concerne le citoyen », était une entreprise facile… Enfin, nous pourrons juger de l'efficacité, de l'équilibre et de l'élégance de ces propositions lors de la prochaine élection présidentielle du Mouvement Réformateur, qui suivra le résultat des prochaines élections de 2011.

Vous pouvez compter sur moi pour participer à ce renouveau. Je suis plus que jamais à votre écoute.

Vos réactions sur ydebeauffort@hotmail.com


© 2018 - Yvan de Beauffort