Facebook Twitter

Emploi & Formation

Il s’agit ici de respecter ceux qui travaillent, ceux qui veulent travailler, ceux qui créent de l’emploi et ceux ont travaillé et sont à la retraite.

 

Afin de garantir une protection sociale solide et assurer une pension décente à chacun, sans augmenter l’impôt, pas de secret: il FAUT augmenter le taux d’activité. Pour y parvenir, une politique de l’emploi plus transparente doit favoriser davantage la création d’emplois, en simplifiant les différents plans d’embauche existants.

 

Je me souviens, lorsque j'étais directeur d'une PME, avoir reçu une déléguée de l'ONEM qui venait me présenter les différents plans d'embauche. J'étais abasourdi par la complexité du bazar... insupportable.

 

Bien sûr, il faut absolument réduire les charges pesant sur le travail qui profitent à tous les travailleurs et particulièrement aux bas et moyens revenus: sans imposer des conditions de durée de chômage pour l’embauche, qui entraînent un enlisement dans le chômage, et sans miser sur des emplois subventionnés à durée limitée, qui deviennent « jetables » car ils disparaissent en fin de subvention.

 

Il convient donc de soutenir ceux qui créent leur emploi, les travailleurs indépendants, et encourager les PME en proposant un dispositif «zéro charges patronales» pour l’engagement de leurs premiers travailleurs.

 

Il faut récompenser le travail en améliorant le revenu net du travailleur en diminuant l’impôt sur le travail. C'est dès l’entrée en chômage qu'un accompagnement personnalisé aux demandeurs d’emploi est nécessaire. En outre, la formation continue doit être proposée à chaque travailleur, quel que soit son âge.


© 2018 - Yvan de Beauffort