Facebook Twitter

Il n'y a pas d'illusion à avoir: on va vers des élections...

Bien sûr, personne ne le souhaite... bien sûr, cela n'arrangerait pas grand chose (et encore: relisez ma précédente tribune à ce sujet) mais divers indices ne trompent pas:

- Bart de Wever aujourd'hui au Cercle de Wallonie: "Si l'on est pas capable de conclure, qu'on ait l'honneté de le dire"

- la fin de la présidence européenne de la Belgique, qui libèrera du temps de nos hommes et femmes politiques et qui sonnera la fin de la trêve convenue pour cette belle présidence

- les élections du nouveau président du MR, fixées au 13 février, mais "dont le processus s'arrêtera en cas d'élections anticipées"

- le jeu de Vandelanotte qui cherche à exercer une pression tour à tour sur le PS et sur la NVA, sans engranger un seul engagement

- les conversations que chacun peut avoir avec différents membres de différents partis font écho d'une grande méfiance entre les différents partis autour de la table

- le simple fait que des élections aujourd'hui se feraient dans un contexte totalement différent (les électeurs participeraient clairement à une sorte de référendum sur l'avenir du pays, ce qui n'était pas la question posée lors des dernières élections le 13 juin)

Cela fait tout de même de très sérieux indices. Si d'aucuns prétendent que la chance d'avoir des élections législatives (ou pas) en 2011 est de 50/50, ma lecture est différente: c'est 90/10. Qu'on aime ou on aime pas. Soyez gentils: ne tirez pas sur le colporteur de mauvaise nouvelle!


© 2018 - Yvan de Beauffort