> Mes interventions au Conseil Communal

Le Conseil Communal agité du 23 février 2011

Quelques grands sujets à l'ordre du jour du Conseil Communal, ce mercredi.

D'abord, une interpellation virulente de citoyens désespérés de voir leur 85 logements rasés par Infrabel au profit d'une infrastructure ferroviaire. Ils étaient surtout mécontents (et l'ont fait savoir bruyamment) de la façon dont Infrabel avait assuré leurs droit à être informés, relogés et indemnisés. La Commune et les différents partis se sont engagés à les accompagnés au mieux de leurs relais. Etant employé dans le Groupe SNCB, je ne suis pas intervenu dans le débat, mais je ne manquerai pas de relayer le message.

Ensuite le budget, sur lequel je reviendrai plus en détail. Pour résumé, il me faut souligner le soin particulier pris par les échevins de la Commune à vouloir garantir un budget à l'équilibre. Compte tenu de la crise économique (recettes en baisse, dividende de Dexia inexistant...), de l'augmentation très inquiétante de l'aide apportée par le CPAS (dont le budget a doublé en l'espace de 7 ans à cause de la fragilité de notre population) et de la volonté d'investir dans l'avenir (de nouvelles écoles et infrastructures pour faire face au boom démographique), il a fallu passer par une désagréable mesure: l'augmentation de certaines recettes. Pour lesquelles les socialistes ont exiger le vote de chacune d'entre elles, l'une après l'autre, pour retourner d'autant le couteau dans la plaie. Intéressante technique dont je saurai me souvenir en temps voulu... Au final, un budget à l'équilibre, investissant dans l'avenir, avec, c'est vrai, une augmentation de la pression fiscale. Mais, pour adoucir la peine, en tentant au maximum d'exercer cette pression sur les non-schaerbeekois. Je n'ai pas voté avec plaisir, je le reconnais, mais avec la volonté de parier sur l'avenir.

Enfin, une excellente nouvelle. La cour de justice européenne a fait un premier pas en direction des Bruxellois. Plus exactement, des nuits des Bruxellois. En effet, son avocat général (le procureur, en quelques sortes) a admis que les normes de bruits décidées par la Région de Bruxelles-Capitale (le fameux arrêt Gosuin), normes plus fortes qu'en Région Flamande, et bien que ces normes étaient légales. Lorsque la Cour aura définitivement tranché, la Région pourra alors poursuivre les compagnies aériennes coupables de faire trop de bruit... Le problème, cependant, c'est que le gouvernement régional actuel (rappelons-le: des socialistes, des écolos et des cdh) ne souhaite pas poursuivre, sous le prétexte effarant que cela vexerait nos voisins flamands. Allons donc! la police Bruxelloise ne poursuivrait-elle plus les personnes qui brûlent les feux rouges lorsque ces personnes seraient flamandes? CA VA BIEN, OUI? Moi je dis qu'il y a des ministres bruxellois qui ont volé leur poste!

 

 


© 2020 - Yvan de Beauffort