> Mes interventions au Conseil Communal

Le conseil communal du 29 septembre

200 points à l'ordre du jour de ce conseil communal... un ordre du jour qui pouvait donc effrayer à première vue, d'autant que deux sujets étaient particulièrement délicats:

- d'abord l'épouvantable explosion du quartier Gaucheret, qui a effacé trois immeubles et coûté la vie à 3 Schaerbeekois. Le conseil a d'ailleurs dignement observé une minute d'hommage aux victimes et a aussi tenu a félicité les différents services dont le professionalisme n'a pas fait défaut. Il faut aussi noter la remarquable solidarité intercommunale ayant permis de reloger rapidement toutes les personnes affectées par cette catastrophe. Il me reste à souhaiter que l'enquête aboutisse rapidement et d'espérer que la cause soit identifée rapidement et que celle-ci soit de nature "gérable".

- ensuite le bilan à mi-mandat de la majorité, sur lequel je reviendrais prochainement, mais dont il faut retenir un mot: gestion. On peut ne pas être d'accord avec le programme proposé par la majorité (mais plébiscité par l'électeur en 2006) - et c'est le droit de l'opposition de ne pas être d'accord avec la majorité, mais incontestablement, les engagements proposés par la majorité, par la Liste du Bourgmestre, par le PRL, et bien ces engagements sont largement tenus. Le bilan à mi-mandat, unique en Europe, le confirme: Schaerbeek est aujourd'hui une commune gérée, ce qui n'est pas une mince affaire en ces temps de crise. Bien sûr, rien de sexy au terme "gestion". Si ce n'est la perspective d'un avenir serein. Bravo, donc.

Ce conseil fut aussi l'occasion de mettre à l'honneur des citoyens ayant reçu l'ordre du mérite, et puis j'ai aussi posé quelques questions, avec mon collège Larbi Kaddour, sur les conditions de la rentrée scolaire (mois de septembre oblige). Celle-ci s'est très bien déroulée. L'élément le plus critique de l'enseignement à Schaerbeek, c'est sans conteste le défi démographique: il nous faut trouver, construire, imaginer 2500 places (2500: 5 écoles!) pour l'horizon 2015-2018 (autant dire, demain). C'est un défi auquel l'équipe de Georges Verzin travaille sans relâche, et il convient de lui tirer un coup de chapeau.

 


© 2020 - Yvan de Beauffort