Facebook Twitter

Le programme du MR et mes priorités

Mes priorités:

1.       Une commune plus mobile. Schaerbeek a mené une guerre idiote à la mobilité. La liberté, c’est aussi pouvoir choisir son mode de transport. Il est temps par exemple de construire des parkings en sous-sol par exemple, de creuser un tunnel sous Meiser, d’installer des Schaervel (itinéraires sûrs pour les vélos), de se battre pour notre métro et d’avoir des trottoirs efficients.

 

2.       Une commune plus sure. La criminalité est en baisse mais le petit vandalisme est en hausse et le sentiment d’insécurité persiste. Une meilleure coordination des gardiens de la paix, des parcs (dont Josaphat) et plaines de jeux mieux surveillées, plus de présence policière via des antennes de police locales et un respect renouvelé de nos policiers par la mise en œuvre de partenariats avec les quartiers et les écoles seront des axes-clés de mon action.

 

3.       Une commune plus active. Le chômage reste un enjeu fondamental car il frappe de trop nombreux Schaerbeekois, jeunes et moins jeunes. Schaerbeek doit redevenir accueillant pour la libre entreprise, l’horeca, les artisans et les PMEs… La commune doit fournir les outils et filières permettant à chacun de se construire son avenir.

 

4.       Une commune plus belle. La lutte contre les nuisances sonores (ex. les avions), les marchands de sommeil qui découpent nos immeubles en cages insalubres et les immeubles à l’abandon mais aussi la promotion d’une fiscalité encourageant la rénovation font partie de mes priorités. Je suis aussi partisan d’un dialogue beaucoup plus ouvert avec les habitants lors des grands projets de rénovations urbaines.

 

5.       Une commune avec des valeurs. Schaerbeek en a fait du chemin. Mais l’égalité entre l’homme et la femme, le respect de chaque habitant, de la propreté et de l’infrastructure sont des réflexes qui ne sont pas encore acquis. Et qui demande un travail de tous les jours.

 

6.       Une commune mieux gérée. Grâce à mon action au Conseil Communal mais aussi comme administrateur de l’hôpital Brugmann-Brien (qui affichait un déficit de 10 millions et que j’ai contribué à redressé), les impôts n’ont pas été augmentés. Mais les défis restent immenses face au boom démographique. Et le CPAS doit être beaucoup mieux géré. Enfin, certains gaspillages doivent être évités. C’est votre argent. Il faut qu’il soit bien géré.

 


© 2018 - Yvan de Beauffort