Facebook Twitter

Orfèvrerie, plaquage d'or ou faux-monnayage?

Car il y en a plusieurs, de "mais"... avant d'y revenir, je voudrais souligner ce qu'il faut retirer de positif de la façon qu'a Monsieur Daerden de vivre la politique: son incontestable proximité, sa façon de connaître et de reconnaître chacun, les liens d'amitiés qu'il parvient à tisser à travers tous les groupes politiques et non-politiques. Ca, j'en prends de la graine.

Par contre, pour un être aussi démonstratif, ce qui me dérange est ce qu'il ne montre pas. Je redoute les gens dont on dit qu'ils font des miracles avec les chiffres, sans qu'ils ne communiquent une seule seconde sur la façon dont ils produisent ces merveilles. Ce qu'on comprend surtout, c'est que les financements alternatifs et les engagements hors-bilan se sont multipliés. Gare! Le hors-bilan - tout financier vous le dira - c'est l'équivalent du tapis sous lequel on glisse ce qui n'est pas bon ni beau à voir ou à savoir.

On s'en voudrait de penser au cas Madoff, certes, mais s'entendre répéter par ses propres confrères ou co-adversaires de la majorité que l'ex-ministre du budget wallon est presque un magicien des finances, ça m'inquiète... que fait-on disparaître? A tel point qu'à la fin, on se demande si ce n'est pas les chiffres eux-mêmes qui disparaissent, par magie...

C'est d'ailleurs ma plus grande inquiétude avec les nouveaux gouvernements: où sont les chiffres? comment ces gouvernements chiffrent-ils les politiques qu'ils souhaitent mettre en place? comment les financent-ils? Rien, rien mais alors rien n'est expliqué. Je suis inquiet. Très inquiet.

Glisse-t-on des choses sous le tapis, du genre des choses qui se transforment avec les années en bombe à retardement? la problématique des pensions va nous exploser à la figure si on ne fait rien. Et on ne fait rien. Si, on a adoubé Monsieur Daerden comme nouveau ministre fédéral des pensions...

Et on décide d'un retour à l'équilibre budgétaire pour 2015... 2015! Et ce n'est que le retour à l'équilibre budgétaire qu'on promet (pour les successeurs, car on aura revoté entre temps...): on n'a pas précisé de combien aurait augmenté la dette d'ici là!

Bref, sous prétexte de récession économique, l'électeur a signé un chèque en blanc. Moi, quand les conditions économiques se dégradent, j'ai pour habitude de contrôler mon budget au plus près, pas de le laisser filer.

Bref, je suis inquiet, très inquiet.

Vos réactions sur ydebeauffort@hotmail.com


© 2018 - Yvan de Beauffort