Facebook Twitter

Peter Praet à la Banque Centrale Européenne: une fierté, un atout!

Peter Praet vient d’être nommé au Conseil de la Banque Centrale ...

Peter Praet a d’abord été un merveilleux professeur d’université…

Pour ses 200 étudiants, comme toute l’économie financière paraissait simple avec Peter : depuis l’histoire de la monnaie, et en particulier celle du Deutsche Mark (qui entre 1932 et 1939 avait connu une inflation démentielle, ce qui fut un des facteurs ayant précipité l’Allemagne dans la seconde guerre mondiale)… à l’aventure de l’Euro et de son précurseur, le serpent monétaire européen (qui fixait les bandes entre lesquelles les monnaies européennes pouvaient fluctuer les unes par rapport aux autres) en passant par ce que devait être la mission d’une banque centrale (en Europe : le combat contre l’inflation, aux Etats-Unis : le combat contre l’inflation ET la relance économique par l’impression de billets). Rien n’était compliqué, avec Peter, pas même les concepts de masse monétaire (M1, M3…) qui mesurent la quantité de monnaie disponible (plus de monnaie disponible = monnaie moins chère = plus d’acheteur = activation de l’économie mais danger d'inflation).

Ensuite, ce fut le Peter en charge de la gestion de la crise financière de 2008. Jeune banquier chez Fortis plongé au milieu de la débâcle financière de cette institution, je l’avais approché lors d’un vol sur Brussels Airlines vers Londres en tentant de le rassurer sur la question Fortis. L’Histoire se chargera de juger, mais Peter fut aux mannettes en ce qui concerne la politique financière de la Belgique quand il s’est agi d’ouvrir en grand les flux de derniers ressorts alors que les banques belges étaient au tapis, quand il s’est agi de faire appel aux banques centrales qui ont su stabiliser le marché en offrant un maximum de liquidités aux banques qui avaient du mal à finir leurs journées (chaque jour, les banques réunissent leur flux financiers pour déterminer qui est créditeur et qui est débiteur. Bien souvent, dans ces journées difficiles, c’est la Banque Nationale qui faisait l’appoint de liquidités).

Peter n’a pas démérité. Il a fait preuve d’un flegme et d’une constance. Toujours  alerte. Toujours affable. C’est un grand banquier. C’est une réelle plus-value pour l’Europe. C’est un numéro de téléphone que je compose toujours en me disant: aujourd’hui, je vais apprendre quelque chose.

Fantastique !


© 2018 - Yvan de Beauffort